Mos Eisley Comics

Forum officiel du site moseisleycomics.com
Nous sommes le Mar 19 Oct 2021 22:29

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5523 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 272, 273, 274, 275, 276, 277  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Mer 19 Fév 2020 15:39 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 15 Nov 2009 20:55
Messages: 9011
Localisation: Hôtel de la déroute (Avec vue sur le Styx)
J'ai beaucoup aimé à couteaux tirés , un bon huit clos à la Aghata Christie.

Et bonne nouvelle , devant le succès inattendu du film , Benoit Blanc reviendra pour une nouvelle enquête. dddd^^

http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cine ... XVLeFaLBwY

_________________
Censures et retouches dans les comics VF et VO
MarvWAXel Classic (Ou les comics que t'as jamais lu)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 19 Fév 2020 17:20 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 22 Nov 2009 21:10
Messages: 9150
Localisation: Auvergne
Ouais j'ai vu c'est très cool

_________________
Image
"A partir de vingt centimetre j'ai mal" Alec le 21 avril 2012
"twilight m'a inspiré" winnie le 12 novembre 2012


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 7 Mar 2020 22:18 
Hors ligne
Underboss

Inscription: Sam 28 Nov 2009 11:03
Messages: 12395
"En Avant".

Je me suis laissé embarquer par cette quête de deux frères pour retrouver le père qu'ils ont perdu. Pas le Pixar le plus mémorable mais l'émotion est vraiment là et il y a de jolies trouvailles dans le détournement des créatures magiques.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim 8 Mar 2020 09:45 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 25 Nov 2009 12:41
Messages: 6887
Localisation: Tout le monde le sait, à force...
En avant

Un Pixar énorme !
6/6.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 31 Aoû 2020 01:28 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 18 Nov 2009 14:46
Messages: 24804
Localisation: Au resto jap (la majorité du temps)
AKIRA :

Première fois au ciné, première fois en 4K et première fois depuis au minimum 10 ans (pas relu le manga dans la dernière décennie). Donc forcément avec un regard qui a changé. Et bien, soyons clair et direct : ça reste un monument du cinéma, magnifié par la salle et la qualité de la copie.

Déjà par la qualité technique. Je ne vois pas beaucoup de film d'animation qui soit aussi beau, même plus de trente ans après la première sortie. Ensuite, il est vraiment incroyable de voir que le Neo-Tokyo de 2019 (imaginé il y a des décennies de cela) soit aussi moderne. On se retrouve avec une société en ébullition, des politiques qui s'effacent face au militaire et surtout on a une jeunesse tiraillée entre engagement politique et un je-m'en-foutisme généralisé. La jeunesse, c'est sans doute le nerf de la guerre d'Akira : des enfants, des adolescents, à qui l'on demande de prendre des décisions d'adulte, dans un monde qui ne leur convient pas.

C'est la force du personnage de Kaneda qui semble traverser l'oeuvre sans réel but. Et c'est justement un peu ça, sa quête : déterminer quels sont ses buts, ce qu'il veut faire de sa vie. A un autre bout du spectre, Tetsuo lui cherche avant tout un contrôle sur sa vie ...et plus il a de pouvoir pour influer sur ses décisions, plus il perd le contrôle de lui même. Enfin Kei est celle qui a l'idée la plus précise de qui elle veut être et de ce qu'elle est prête à faire pour cela, mais elle sera celle qui se fera au bout du compte le plus manipuler. Est ce que c'est une vision pessimiste ? Sans doute un peu. Après, il y a une tout de même une réelle forme d'espoir qui apparaît à la fin du film.

Parlons justement de la fin. C'est peut être le seul point négatif d'Akira qui prend une bonne demi-heure à se tortiller plutôt que de conclure. Cela n'entache pas le film mais c'est vrai que ce dernier acte fonctionne moins bien que le reste (surtout à la 5e vision du film) : on sent que la structure est moins ferme que dans l'heure et demi qui précède.

C'est d'ailleurs l'une des différence de traitement avec le manga. Une autre ? Le film fonctionne davantage par son univers et les personnages qui vivent dedans que par des personnages avec des enjeux clairs (alors que dans le manga, les enjeux et les personnages sont beaucoup plus étoffés).

Cela reste cependant des détails face à la somme des qualités extraordinaires d'un des plus grands films d'animation de tous les temps qui brasse un nombre de thématiques hallucinantes. Il y a énormément de choses sur l'idéalisme, la science, la jeunesse, l'amitié, le déterminisme, le rapport de la société à ses individus, la violence, etc. Il y en a presque TROP : c'est foisonnant et ça dit énormément en peu de temps. Tout est maîtrisé mais ça ne s'arrête jamais et si j'ai pu lire des avis qui évoquent le rythme "lent" du film, j'avoue avoir un peu du mal à les comprendre : je trouve au contraire que le film est tellement chargé de thématiques, qu'il laisse tout juste la place pour les digérer.

_________________
Image
SJW, Maître Vedredi, Super-héros du Lidl et Team Chose


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 28 Juin 2021 01:39 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 18 Nov 2009 14:46
Messages: 24804
Localisation: Au resto jap (la majorité du temps)
Un petit peu de réanimation topikienne

Sans un bruit 2 :
Un très bon premier tiers mais on tombe ensuite dans une artificialité qui n'existait pas dans le 1er film. C'est heureusement sauvé par de très bons acteurs et un montage ultra intéressant, assez loin des codes hollywoodiens habituels. Une suite assez chouette (et l'occasion de rappeler l'efficacité du #1).

La Nuée :
C'était vraiment très bien et incroyablement solide pour un premier film. Un rapport au corps, à la chair (on pense à tonton Crocro) et à la ruralité assez viscéral. C'est pas exempt de petits défauts mais qui pèsent bien peu face à l'honnêteté du projet. Après j'aurais bien aimé voir le même film avec un budget doublé, je pense qu'il y avait plus radical dans le projet.

Conjuring 3 :
Un (petit) cran en dessous des deux premiers mais ça reste ultra plaisant, bien foutu, malin et régulièrement flippant. Et belle interprétation de tous les acteurs. Un bon rollercoaster !


Et surtout...
In the Heigts ("D'où l'on vient" en VF) :
La première comédie musicale de Lin Manuel Miranda (avant Hamilton) m'a cueilli en plein cœur. J'en sors enthousiasmé par les numéros musicaux et par l'énergie débordante mais aussi bouleversé par le message sur l'immigration. Je suis petit-fils d'immigré mais je ne me suis quasiment jamais défini comme tel. Pourtant ici, j'ai énormément pensé à mes grands parents et plus généralement à ma famille.
Vraiment l'une des grandes œuvres actuellement disponible au cinéma. Courrez-y.

_________________
Image
SJW, Maître Vedredi, Super-héros du Lidl et Team Chose


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 28 Juin 2021 12:38 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 25 Nov 2009 12:41
Messages: 6887
Localisation: Tout le monde le sait, à force...
Et les notes ?! bbbbb^^

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 28 Juin 2021 15:31 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 18 Nov 2009 14:46
Messages: 24804
Localisation: Au resto jap (la majorité du temps)
Haha, j'en mets plus trop mais ...

4/6 Quiet 2
4.5/6 Nuée
4.5/6 Conjuring 3

6/6 pour In The Heights

_________________
Image
SJW, Maître Vedredi, Super-héros du Lidl et Team Chose


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 21 Juil 2021 08:39 
Hors ligne
Underboss

Inscription: Sam 28 Nov 2009 11:03
Messages: 12395
Un pur bonheur de retrouver les personnages de Kaamelott sur grand écran

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 21 Juil 2021 12:27 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 15 Nov 2009 10:37
Messages: 15295
Localisation: Drum
Monsieur P a écrit:
Un pur bonheur de retrouver les personnages de Kaamelott sur grand écran


Yep le plaisir des retrouvailles permet de se foutre un peu des défauts. Pour le second, il va falloir faire plus attention à certains détails.

_________________
Image
"Sur ma table de nuit j'ai une photo des 2be3 torses nus" Butters 1/09/12


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer 21 Juil 2021 17:16 
Hors ligne
Underboss

Inscription: Sam 28 Nov 2009 11:03
Messages: 12395
Voilà. On retrouve de vieux potes.
Astier et Chabat sont géniaux.

Par contre dommage
Spoiler: Afficher
que Anne Girouard ait abandonné ses intonations pour Guenièvre

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 26 Juil 2021 13:27 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 16 Fév 2010 22:18
Messages: 1557
Content de retrouver Kamelott après une si longue absence. On ne boude pas son plaisir de retrouver tout ces personnages et cet univers qu'on adorait il y a plus de 10 ans. Le film joue la sécurité sans s'éloigner des fondamentaux qui ont fait le succès de la série mais dans l'ensemble ça marche bien.

Spoiler: Afficher
Les burgondes sont toujours aussi drôle tout comme Cadoc.


Néanmoins,
Spoiler: Afficher
Les scènes flashback sur la jeunesse d'Arthur ne sont pas mauvaises mais auraient pû être abandonné au profit de scènes plus importantes pour le film. J'ai découvert que ces scènes étaient principalement là pour nous présenter le fils d'Astier qui joue le rôle de son père jeune. C'est dommage car plusieurs personnages apparaissent dans le récit et repartent comme ils sont venus en ayant à peine interagi avec les autres. Je pense à Bohort et Gauvain en particulier. J'aurais également aimé une scène de retrouvailles avec Merlin, plus étoffé que le passage du corps d'Arthur dans le tunnel en tout cas.


Par ailleurs une blague m'a fait tiquer c'est celle où Perceval dit que les chiffres suivant d'où on part ça change tout (référence à la blague sur le repérage sur une carte dans la série). J'ai trouvé que ça ne correspondait pas au personnage dans la mesure où les chiffres c'est bien le seul domaine où il excelle. Astier devrait le savoir c'est quand même lui qui l'a écrit pendant 6 ans. Du coup ça fait un peu je mets une blague pour le fan service même si elle est pas du tout bien placée.


J'ai quand même passé un très bon moment et je le reverrai certainement.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 31 Juil 2021 20:39 
Hors ligne
Underboss

Inscription: Sam 28 Nov 2009 11:03
Messages: 12395
Fast & Furious 9

Bon je crois qu'ils n'en ont clairement plus rien à foutre de rien. Imbuvable.

Seuls points positifs:
- retour de Jordana Brewster dans un rôle un peu plus actif que la soeur de ou la meuf de
- plus de femmes dans des rôles bad ass (Michelle Rodriguez a dû être entendue)
- Helen Mirren au volant

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Jeu 23 Sep 2021 15:49 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 25 Nov 2009 12:41
Messages: 6887
Localisation: Tout le monde le sait, à force...
Personne qui parle de Dune ? C'est scandaleux !

Dune - Denis Villeneuve

Le livre est un monument. Certes, je n'ai pas aimé le livre à l'époque, lu en 1990 à 18 ans, mais il n'en reste pas moins que la saga est considérée comme un chef d'oeuvre de la littérature de science-fiction, et à juste titre, tant est riche cette intrigue politico-religieuse et cette SF avant-gardiste à bien des égards.
L'adaptation demeure donc un exercice très casse-gueule vu le morceau à ingurgiter.
Pari hautement réussi en ce qui me concerne !!!
D'après le synopsis du bouquin que j'ai relu, la trame reste particulièrement fidèle, pas de souci sur ce point, mais le point fort du réalisateur est surtout d'être parvenu à restituer une ambiance grandiloquente et étrange particulièrement immersive. On est pas là dans un futur plus ou moins apprivoisé tel Star Trek, qui met en scène des explorateurs sublimés directement issus de nos fantasmes, ou de Star Wars, western fantasy qui retranscrit nos moeurs dans un autre contexte ; mais bel et bien dans un avenir si lointain qu'il reste bien peu à comparer avec nos habitudes, hormis peut-être les jeux de pouvoir. Visuellement, technologiquement, tout est différent, mystérieux, inquiétant. Et la partition de Zimmer, très analogue dans le style à celle de Blade Runner 2049, renforce cet inconfort, cette sensation d'être définitivement ailleurs.
L'intrigue politique est limpide, le personnage principal baigne dans un conflit sur plusieurs niveaux, il est le point central de plusieurs enjeux qui se superposent et parfois s'opposent, et le tout est parfaitement bien posé grâce à des scènes fortes qui oscillent entre l'épique et le mystique.
Une trèèèès grande réussite, qui nécessite que j'y retourne pour emboiter parfaitement les éléments posés en amont avec ceux qui surviennent après coup. En plus du plaisir d'assister à du grand cinéma. 5.5/6.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Jeu 23 Sep 2021 16:01 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 16 Nov 2009 09:35
Messages: 15887
Localisation: Quelque part
En fait j'ai tout simplement pas trouvé le temps d'y aller.

Mais je me tâte aussi pas mal, car je suis un grand fan de Dune depuis 1992 (le cycle original, parce que le prequel/suite par Anderson et le fils Herbert c'est vraiment très très très chiant) et du coup j'ai des attentes assez énormes donc j'ai peur d'être déçu.

_________________

Without hope, without witness, without reward !


Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 24 Sep 2021 08:45 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 22 Nov 2009 13:25
Messages: 940
lhommesinge a écrit:
mais bel et bien dans un avenir si lointain qu'il reste bien peu à comparer avec nos habitudes, hormis peut-être les jeux de pouvoir.

Quand j'ai dit que Dune ça ne parlait pas du futur, mais du passé, en l'occurrence la quête du pétrole dans le moyen orient de la première moitié du XIXème siècle, cela n'a pas été apprécié...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 24 Sep 2021 09:47 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 18 Nov 2009 14:46
Messages: 24804
Localisation: Au resto jap (la majorité du temps)
Buriki One a écrit:
lhommesinge a écrit:
mais bel et bien dans un avenir si lointain qu'il reste bien peu à comparer avec nos habitudes, hormis peut-être les jeux de pouvoir.

Quand j'ai dit que Dune ça ne parlait pas du futur, mais du passé, en l'occurrence la quête du pétrole dans le moyen orient de la première moitié du XIXème siècle, cela n'a pas été apprécié...



Disons que si tu as vraiment dit 19e siècle pour la recherche du pétrole....

Mais du coup, avec une écriture de Dune dans les années 60, ça parle plutôt du présent. Comme toutes les grandes œuvres de SF en fait.

_________________
Image
SJW, Maître Vedredi, Super-héros du Lidl et Team Chose


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 24 Sep 2021 19:24 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 22 Nov 2009 13:25
Messages: 940
Je voulais dire première moitié du XXème siècle en effet, faute de frappe ici. Les histoires à la Lawrence d'Arabie qui s'enchaînent sur les négociations France/RU avec la ligne Sykes/Picot où les Britanniques voulaient le pétrole, les anciens territoires de l'empire Ottoman qui se font dépecer... et qui continuent par la suite aussi. Et sans parler du Mahdi, "l'élu de la prophétie" chiite, nom de messie qu'on retrouve tel quel.

Citation:
Mais du coup, avec une écriture de Dune dans les années 60, ça parle plutôt du présent. Comme toutes les grandes œuvres de SF en fait.

Précisément.
Toute anticipation, toute vision de l'avenir, n'est en fin de compte qu'un exposé pur des préoccupations du présent. Toutes les oeuvres de science fiction ne disent jamais rien de l'avenir, elles traitent toutes de l'époque dont elles sont issues.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 25 Sep 2021 09:27 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 12 Fév 2010 22:35
Messages: 4961
Buriki One a écrit:
Je voulais dire première moitié du XXème siècle en effet, faute de frappe ici. Les histoires à la Lawrence d'Arabie qui s'enchaînent sur les négociations France/RU avec la ligne Sykes/Picot où les Britanniques voulaient le pétrole, les anciens territoires de l'empire Ottoman qui se font dépecer... et qui continuent par la suite aussi. Et sans parler du Mahdi, "l'élu de la prophétie" chiite, nom de messie qu'on retrouve tel quel.

Citation:
Mais du coup, avec une écriture de Dune dans les années 60, ça parle plutôt du présent. Comme toutes les grandes œuvres de SF en fait.

Précisément.
Toute anticipation, toute vision de l'avenir, n'est en fin de compte qu'un exposé pur des préoccupations du présent. Toutes les oeuvres de science fiction ne disent jamais rien de l'avenir, elles traitent toutes de l'époque dont elles sont issues.


Je plussoie. D'où l'importance de connaître la date de publication d'un texte de SF (En revue ou en roman)
Pour Dune, si je trouve que le premier volume est un chef d'œuvre, un incontournable, je suis plus réservé sur les suites. Si "Le messie de Dune" reste un grand roman, après, j'ai lâché l'affaire.
Par contre, il y a deux autres très grands romans de Frank Herbert qui méritent d'être découvert: La barrière Santaroga et La ruche d'Hellstrom.

_________________
http://www.elisabeth-gore.com/
http://www.sylviane-blondeau.fr/
http://www.christellepereira.fr
http://www.sandrine-cavallo.fr/
Image[/url]


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 25 Sep 2021 14:01 
Hors ligne
Underboss
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 16 Nov 2009 09:35
Messages: 15887
Localisation: Quelque part
Sur le cycle original, je pense que La maison des mères est un peu le maillon faible. Il donne l'impression que Frank Herbert ne sait plus trop où il va après les événements de Les hérétiques de Dune.

Le premier (ou les deux premiers en édition poche) est effectivement un incontournable, le Messie est très bon quoiqu'un peu fouilli. Les enfants de Dune est également très bien fait, et boucle un cycle. L'empereur dieu de Dune est à mon avis un des meilleurs et surtout un des plus touchants.

Sinon pour le duo Kevin J. Anderson et Brian Herbert, c'est très inégal. Leur tentative de donner une fin à Dune se lit, même si elle est un peu tirée par les cheveux en reliant les événéments du cycle originel au prequel sur le jihad butlérien... qui pour le coup a été une vraie torture à lire, je me suis fait énormément ch*** ! Les trois tomes sur les maisons sont plutôt pas mal par contre. Et après j'ai lâché l'affaire, et le duo infernal aurait sûrement été inspiré d'en faire autant kkdoak^pkl

_________________

Without hope, without witness, without reward !


Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5523 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 272, 273, 274, 275, 276, 277  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
POWERED_BY
Traduction par: phpBB-fr.com